Transports

Publié le par Corentin

Je m'aperçois que je vous ai souvent parlé des bus de Katmandu sans trop vous parler de la circulation au Népal.

En un mot : c'est le bordel. En effet le code la route est quasi inexistant au Népal. La seule règle qui est suivi c'est le fait de rouler à gauche. Pour le reste on fait comme on le sent. Il n'existe pratiquement pas de signalisation. Et tout se fait au Klaxon. Je m'explique. En fait dés que les gens veulent doubler ils klaxonnent tout le temps ou ils doublent. C'est pire que dans un embouteillage à Paris. Au bruit s'ajoute l'odeur, ici l'essence est avec plomb et les moteurs mal régler donnent souvent des jolis nuages noirs.

Même dans la capitale l'état des routes est souvent déplorable.

Le moyen de transport préféré est la moto. On la prend à plusieurs, nous avons même déjà vu des gens à 4 sur une moto (avec des enfants).

Au niveau des transports en commun tout se fait par bus. Cela va des minibus pour les voyages dans KTM au grand bus pour les voyages partout ou il y a des routes dans le pays. Et il ne faut pas être pressé, il n'y a pas d'horaire fixe et on est jamais sur du temps de route qu'il va y avoir. Il faut savoir qu’à cause des montagnes, On met souvent plus de 6h à faire 200km.

Et on met un max de personne dans les transports en commun. J’ai déjà voyagé accroché à la porte d'un minibus (pas cool) ou sur le toit d'un bus (cool !).

Bizarrement les accidents sont rares, et sont la plupart du temps pas très grave. Cela doit être du à la vitesse réduite des véhicules, qui dépasse rarement les 50Km/h.

Voila, encore une fois des photos bientôt.

Bises

Commenter cet article

Insya 18/08/2008 06:32

Hello les amis !

Ta description des transports à Népal reflète un anarchisme total au niveau de la circulation.
A Taiwan, il y a une invasion de scooters qui circulent un peu n'importe comment. J'ai également vu des bagages, des animaux et plusieurs personnes (plus de 3) sur un même engin...Comment font-ils ?
Prenez bien soin de vous !
Bises

Audrey 13/08/2008 16:23

Salut tous les trois!

Nous sommes le 13 août, et visiblement, à en croire le commentaire, vous avez au moins survécus jusqu'à hier. Bel exploit aux vues de la description austerlitzienne de votre survie dans les rues népalaises! Tant que vous ne nous importez pas ces habitudes de conduite, ce qui reste malgré tout LA grande question, tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes possible!
Sinon, qu'ajouter, sinon continuez à en prendre plein la vue? Et j'appuie l'envie de Superguigui (fait suffisamment rare pour être noté ^^) : à quand un article sur vos conditions de travail?

Bisous à tous les trois,

Audrey

Nicolas 12/08/2008 19:34

Voyager à dos de bus, se déplacer accroché à une éléphant (et vice versa...), j'ai comme l'impression que tout ce petit monde prend des risques et se fend la poire !

Tes articles nous confirment une chose (en plus du fait que c'est pas au Népal que tu vas apprendre à écrire Français sans fautes), c'est que vous vivez des moments inoubliables. Alors profitez-en à fond.

Cependant, l'éternel insatisfait que je suis ne peut s'empêcher de remarquer que tu ne parles pas beaucoup boulot. Alors voilà que je brandis bien haut mes revendications : on veut un article parlant de ton stage !!!
Tu veux un plan ? En voilà une ébauche : Que faites-vous au Népal ? Vous vous en sortez ? Les conditions ne sont pas trop dures (monter un système d'information dans un pays où on a de l'électricité 3 heures par jour, ça semble Rock-and-Roll, non ?) ? Damien reste supportable (parlez-lui de serveurs en réseau et il se met à bondir dans tous les sens en criant "Linux ! Linux ! Linux !") ?

Allez, fin du commentaire à rallonge. Continuez comme ça mais revenez entiers !

Bon couRRage
++
Nicolas

Arnaud LM 12/08/2008 15:15

Oh Bam !
Mes parents m'avaient raconté la mm chose quand ils étaient partis en Inde : pas de panneaux indicateurs, le clignotant ? Tu passes le bras par la fenêtre !!!

Bref, de belles frayeurs par moments ...

Continue à t'accrocher aux minibus, si tu es suffisamment entraîné, tu fais la même à Paris, et hop, des économies en tickets !